*****

La beauté échappe aux modes passagères

lundi 4 mai 2009

Il était une fois la mode, PAN







Ai commencé à lire Amitiés particulières - Roger Peyrefitte.




Mode et littérature: deux domaines artistiques certes.


Mesdames Mode et Littérature: Pour l'entente cordiale? Gomorrhe et une virée à deux(submergée de bon sentiments et de mauvaises moeurs...!)? La hâche de guerre, enterrée ou acérée?




On ne le dit pas assez, mais tous les domaines artistiques coincident: photographie et mode, mode et théâtre, théâtre et littérature, littérature et opéra, opéra et musique, musique et cinéma... Mode et Littérature?




Au temps de Saint Laurent, (sa grande époque), l'art n'était plus la relique testamentaire des musées, mais s'affichait au gré des saisons de la couture. La robe Mondrian est un mythe, Cocteau avait saupoudré de poésie la machine infernale de la mode et c'est ainsi que Velasquez, Delacroix, Picasso, Braque, David Hockney, Matisse et Van Gogh seront mis à l'honneur par le petit prince de la mode. L'art et la mode c'est donc une affaire qui tourne: Christies ne vous dira certainement pas le contraire.


PS: Trois-cent pièces de haute-couture datées entre 1920 et 1980 seront en vente le 3 juillet prochain (à partir de 14H00) à la salle des ventes Drouot Richelieu.


PLUS CONFIDENTIELLE, la littérature anime elle aussi le fashionwold.

Elle a ce quelque chose, ce tout petit rien, chic peut-être, sans doute parce qu'elle ne se laisse pas atteindre par tous les regards (ceux qui cessent la lecture à la fin de la page...). Lire, c'est un plaisir, balayant l'effort de la concentration. Au même titre que tous les autres domaines artistiques, le voyage est supposé, l'imaginaire survole la couche d'ozone. Qui plus est ce sont des instants que nous volons à notre vie, embaumé derrière les iris d'un autre, le regard papillon sur les lignes, entre les mots.

Et comme les nuances de gris dans le ciel, le nombre d'avis est infini. La création, elle, a pour seule limite, l'acheminement de matières premières, autant dire que c'est infini.

Je ne vous dirai pas où se trouvent les plus beaux motifs, les plus jolies tailles, les noeuds de soie, la dentelle, les pierres...mais le dressing littéraire n'a pas de cloisons matérielles et tabous.


Les plus beaux exemples de cette alliance explosive sont peut-être le questionnaire de Proust sérigraphié sur une robe de Castelbajac, inspiré du théâtre de Shakespeare et du cinéma de Hitchcock, Alexander McQueen fait défiler un univers noir, au charme anglais revendiqué. Enfin l'ACNE PAPER, prouve à chacune de ses parutions que la mode et l'ART (tous), et même une certaine poésie sont de mise. Un bisannuel que je recommande à tous.


"La mode est une forme de laideur si intolérable qu'il faut en changer tous les six mois" Oscar Wilde.




- Bibliographie anodine -



La chair de la robe - Madeleine Chapsal


"A mes yeux d'enfant, ma superbe marraine, Madeleine Vionnet, qui fut la plus grande créatrice de la Haute Couture de l'avant-guerre, ainsi que ma mère, son intime collaboratrice, étaient des sortes de fées. Toutefois, quelles fées laborieuses !Ces femmes acharnées, qui n'avaient guère de temps pour une autre existence — l'enfant que je fus en a souffert, avant de pouvoir admirer —, se vouaient à un labeur exigeant et sans relâche, mais qui était leur joie et faisait leur orgueil. Ellessavaient qu'en fabriquant l'élégance, elles humanisaient la civilisation. Les mains de Vionnet, les mains de Maman ! C'est pour ces mains-là, créatrices incessantes de frivolité — et avec quoi lutte-t-on le mieux contre la mort, sinon avec la frivolité poussée à son extrême ? — que je raconte ce que fut l'esprit de la Haute Couture. Aujourd'hui, à travers Yves Saint-Laurent, Christian Lacroix, Jean-Louis Scherrer, Pierre Cardin [...], cet esprit continue de régner à Paris. Il doit bien y avoir une raison pour que se perpétue chez nous, en dépit de tout, aussi souveraine et indéracinable, cette passion de l'élégance ? La réponse, nous la connaissons : cette « folie » s'appelle amour. L'amour de la vie. "



La Parure - Maupassant



Nadja - Breton



Le portrait de Dorian Gray - Wilde



Au bonheur des Dames - Zola


Acne Paper issue#8 spring 2009 - L'Amant

6 commentaires:

dorian a dit…

Le protrait de Dorian G : un roman de gare pour gay, très plaisant.

Stéphane a dit…

Un roman de gare? Je sais pas dans quelle gare tu l'as trouvé! Et pour gay? étrange.

Djuvia a dit…

Je ne pouvais trouver meilleur définition !
Roman de gare pour gay, oui, pas faux.

Kevin a dit…

Jdr tn blog il é tp frai !
moi aussi jm la mode et je voudrè travaillé ds la mode. g fé un stage chez ysl !
g dotres propositions et c trop bien je c pa koi choisir c cool. g fé du manekina aussi, c pour ça je coné d gens, je fé d défilé pa mal, mai c chiant parcke c fatiguant. je croi ke je vé kité mon agence parcke jai assé dargent pour faire de la mode moi meme. ca fé 6 ans que je défile, depui mè 15 ans, je commence a etre un peu trop vieu en plus.mai ducou jai arété lecole.
g pa lu tou c livre jaime pa tp lire mé jaime bien lire ton blog on a lé meme gous et en plus técri bien. moi aussi jécri des trucs sur lé fringues je peu taidé si tu veu a ecrire dés artcile. ta bcp de gous, tu devré faire un article von dutch c bien je pense que tu aimeré c ton genre. mai tu devré plus dire des choses actuels parcke c ca ki é interessant parcke la ca fai un peu trop blog, tu di pa dé choses nouvelles mai jaime bcp kd meme !
bsxx
xoxo gossip girl lool

kevin

Le poison de la mode tue a dit…

Kevin,

Je tenais à vous remercier pour cet aimable commentaire, je n'en attendais pas tant. Je vous félicite de vos nombreuses expériences. N'hésitez pas à me faire part de nouveau de votre opinion.

Benjamin a dit…

Je ne comprends pas ces gens, ton blog est bien et parler de la mode et de la littérature c'est parler de Wilde et de son style, et son style c'est Dorian Gray, qui ne parle pas d'homosexualité, plutôt de la vérité derrière les apparences,en plus c'est un bon bouquin.

Followers